Prospectivite

06 mai, 2011

Introducing Charlotte (Part 1)

Posté par: Guewen Dans : Allongé(e)s

Youpilala, on commence le mois de mai sous le soleil avec le deuxième chapitre d’Allongé(e)s. Si tu arrives en retard, tu peux te faire le premier chapitre ici, sinon, désolé de poster si tard (on sait jamais, des fois que, mais bon hein).
Je te présente donc Charlotte et ses potes, pour la première des 3 parties, ce qui me fait me dire que je n’ai pas encore commencé le troisième chapitre, mais j’aurai aussi ma nouvelle à te publier alors ça va, j’ai le temps.

Elodie en était à son troisième texto et à son deuxième message sur le répondeur de Charlotte.
Pour cette dernière, ça signifiait qu’il n’y aurait pas d’échappatoire possible et que les filles s’étaient mises en tête de la faire sortir ce soir.
Adieu donc bain, bouquin et glandouille sous perfusion de France Inter.
Bonsoir restaus entre filles, séances bitching et fin de soirée à se faire draguer par des relous alcoolisés.

Charlotte pensait pourtant avoir eu sa dose de sociabilité pour aujourd’hui.
Seule pour fermer le cabinet dentaire, elle avait du faire la causette avec sa dernière patiente, madame Béchu.
-Et vous mademoiselle Bertin, vous partez pour Pâques ?
-Oh non vous savez, je viens de m’installer dans le cabinet, je dois encore travailler pour mériter des congés.
-C’est vrai que vous êtes jeune, mais vous avez du travail, c’est déjà ça. Et puis vous verrez, Paris au mois d’Avril, c’est idéal pour les amours !
-… (mettre les clés dans la serrure, regarder sa montre, lui faire comprendre qu’elle est pressée)
-Excusez moi, c’est un peu déplacé, mais j’ai bien vu que vous n’étiez pas mariée, belle comme vous êtes, c’est que vous travaillez trop !
-C’est exactement ce que me reproche ma petite amie ! (petite poussée dans le dos de la bavarde vers la sortie, joli sourire, voix douce)

OK, c’était un peu gros cette histoire d’homosexualité, mais ça avait été radical. Après 2 secondes de grands yeux interloqués et de bouche ouverte, la vieille l’avait salué et était partie d’un pas décidé et la tête basse, sans doute pleine de pensées sur cette jeunesse qui va à vau l’eau.

Il était donc 16 heures en ce premier samedi ensoleillé d’Avril quand Charlotte remonta la rue des Vinaigriers vers le Canal Saint Martin pour se poser à la terrasse du Café Prune afin de s’adonner à une heure de lecture accompagnée d’un Coca Light.
Ce qu’elle aimait le plus dans ce bistrot à bobos, c’étaient le caractère absolument déshumanisé de ses serveurs et la joyeuse indifférence de la clientèle.

Là où le quidam pourrait s’offusquer devant si peu d’attention et de sourires, elle goûtait le plaisir simple de réduire sa conversation au minimum vital : « Coca Light », puis une heure plus tard « L’addition ». Pas de s’il vous plait, pas de merci, pas d’au revoir, de toutes façons le serveur ne les lui rendrait pas. Le reste de la clientèle est sans doute là pour les mêmes raisons, et pour ce petit côté m’as-tu vu.

Si d’aventure, absorbée par les conversations alentours, cet autre plaisir des terrasses parisiennes, elle n’avait pu lire, elle le ferait pendant la demie heure de metro la ramenant chez elle, ligne 8, de République  à Boucicaut.
C’est ce qu’elle fit cet après midi là, 2 jeunes hommes bien du quartier essayant de jauger les tendances en matière de boite de nuit lui ayant accroché l’oreille (si on lui demandait son avis, elle saurait désormais que le Social (Club), c’est plus ce que c’était).

A 19 heure donc, alors qu’elle venait de se poser après quelques courses, Elodie avait fini de ruiner son plan de soirée anti sociale.
Il restait une heure et demie à Charlotte avant de retrouver les filles chez Madame Shawn, face au Carreau du Temple. En enlevant la demie heure traditionnelle de transport, les dix minutes de changement de tenue et de maquillage rapide et en rajoutant sa demie heure de retard réglementaire, il lui restait donc un peu plus d’une heure avant de décoller.
Largement le temps de prendre un bain, bercée par la voix de Vincent Josse sur les ondes.

Voir aussi :


Pas de commentaires pour "Introducing Charlotte (Part 1)"

Laisser un commentaire

Prospectivite ?

Parce que je suis un grand bavard tout seul dans ma tête, et qu'à la fin, j'en ai assez de me demander pourquoi.