Prospectivite

Archives pour avril, 2011

26 avr, 2011

Avant le Money Time (part 2)

Posté par: Guewen Dans : Allongé(e)s

On continue les aventures de Kevin (promis on donnera un sens à ce prénom un de ces quatres), avec la deuxième et dernière partie du premier chapitre. Si tu as raté le premier épisode, tu peux cliquer ici, et si tu te demande ce que c’est que cette nouvelle rubrique, tu peux te rendre là. [...]


23 avr, 2011

Excusez moi de vous déranger

Posté par: Guewen Dans : Divers

Paris 17, un parc boulevard Perreire, vendredi 22 avril vers 14h. « Excusez moi de vous déranger… » Ca fait 2 minutes que je la vois chercher mon regard, elle doit avoir 45 ans et  accompagne ses 2 garçons entre 6 et 9 ans au parc. Style classique, un peu catho tradi. Je pense d’abord qu’elle va [...]


19 avr, 2011

Avant le Money Time (part 1)

Posté par: Guewen Dans : Allongé(e)s

On commence donc la publication en épisodes d’Allongé(e)s, si tu as raté la quatrième de couv, c’est ici. Ca veut donc dire que le cycle infernal des publications hebdomadaires démarre, c’est limite effrayant, mais un peu excitant aussi. Avant le Money Time donc, parte ouane comme disent les jeunes, ton esprit rapide comme le vent [...]


16 avr, 2011

The Ardeche’s Chronicles

Posté par: Guewen Dans : Note interne

OK, OK, il n’y a rien eu d’épique dans ma semaine de vacances Ardéchoises, mais « Les Chroniques de l’Ardèche », ça a quand même une autre gueule que « Farniente Au Milieu de Nulle part ». Quant à l’anglais, c’est pour renforcer le côté dramatique de la chose, parce que dit avec une grosse [...]


01 avr, 2011

Quatrième de couv

Posté par: Guewen Dans : Allongé(e)s

Chose promise, chose due, on commence donc cette formidable aventure de l’internet multimédia qui consistera à publier ici bas un extrait d‘Allongé(e)s (le titre que tu as le droit de trouver pas génial du truc qui sera peut être un jour un roman) tous les 10 ou 15 jours. Pour  commencer, et afin de te [...]



Prospectivite ?

Parce que je suis un grand bavard tout seul dans ma tête, et qu'à la fin, j'en ai assez de me demander pourquoi.